Retour à la liste des actualités

Lancement national du Mois de l'ESS

31/10/2017

1710125-cncres-moisess-183.jpg

Lors du lancement du Mois de l’ESS au ministère de la Transition écologique et solidaire le 25 octobre 2017, Marie-Martine Lips, présidente du CNCRESS a rappelé l’origine de cet évènement et les enjeux qui y sont associés.

 

Malgré son poids économique important (plus de 221 000 établissements de l’ESS et près de 10% de l’emploi en France), l’ESS doit renforcer sa visibilité auprès du grand public, des pouvoirs publics et également auprès de ses propres acteurs. Ce constat a conduit le CNCRESS à mettre en place, en 2007, un Mois de l’Economie Sociale et Solidaire, repris du concept créé en 2003 à l’échelle régionale par la CRESS Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

Ces 10 années passées permettent aujourd’hui d’affirmer que le Mois de l’ESS est un catalyseur d’identité et un propulseur de notoriété avec plus de 1800 évènements organisés au mois de novembre sur les territoires.

 

Marie-Martine Lips a également présenté les lauréats 2017 des Prix ESS, lauréats dont les entreprises « mêlent l’humain, l’environnement et boostent l’innovation sociale ».A cette occasion,

 

Nicolas Hulot a rappelé  que « le XXI siècle sera solidaire ou ne sera pas », que « dans tous les domaines, il faut que l’on regarde haut et que l’on vise loin (…). Aujourd’hui, l’ESS c’est encore l’exception. On peut avoir cette ambition qu’à terme, elle devienne la norme » d’autant plus «qu’au départ, l’économie était au service de l’humain ».

 

Hulot a exposé deux priorités : la première est de « bâtir un pacte de consolidation et de croissance à cinq ans », avec « un cadre de règles adaptées » qui ne "freinent pas les acteurs de l’ESS » sur le modèle du Social Business Act. L’autre priorité est « de permettre aux acteurs de l’ESS de renouer avec leur marque de fabrique : l’innovation ». Pour cela, il faudra co-construire avec les collectivités locales et s’appuyer sur les grands défis de notre société tels que la transition écologique, la transition numérique, la jeunesse, la ruralité, l'autonomie et l'insertion sociale.

 

« Nous allons nous retrouver en fin d'année ou début d'année prochaine pour que nous puissions transcrire cette ambition en actes », a-t-il déclaré, en présence du Haut-Commissaire à l'ESS Christophe Itier, chargé d'élaborer cette feuille de route.

 

Pou en savoir plus plus, cliquez sur le dossier de presse.

Suivez-nous sur Twitter